A BOURGOGNE, TERRE D'ART ET DE BIEN-VIVRE !
La seule évocation de ce nom suscite chez l'amateur un plaisir anticipé avant la visite de TONNERRE, CHABLIS, MEURSAULT, NUITS St GEORGES ou CLOS VOUGEOT. Découvrez l'originalité de l'encépagement bourguignon, son histoire et les spécificités d'une appellation en pleine renaissance. A moins que vous ne souhaitiez faire un petit détour par notre chapelle templière, symbole du Marsoif.
Chapelle
(gravure)

N VIGNOBLE EXCEPTIONNEL & millénaire disparaît.
Jouxtant Chablis et héritier d'une tradition viticole remontant probablement au-delà du Xe siècle, avec les moines de St Michel et de Quincy, abbayes proches de Tonnerre, ainsi que les templiers de Marchesoif, le Tonnerrois avait un vignoble réputé dans toute l'Europe avec des vins qui avaient "la réputation d'être les meilleurs de l'Yonne".

HENRI IV et LOUIS XIV avaient une prédilection particulière pour ces vins, acheminés rapidement par l'Armançon à Paris. BOILEAU, propriétaire à Junay, contribua, bien sûr plus que les autres, à faire connaître et apprécier ces vins.

Au XIXe siècle, le Tonnerrois fournissait à Paris la plupart de ses vins fins.
En 1827, le vignoble s’étendait sur 5 317 hectares, et produisait un vin de qualité, souvent comparé à un Meursault.

La réputation alla jusqu'au TSAR de Russie qui ne jurait que par le vin de Tonnerre.
Cela fut rendu possible par le célèbre Chevalier d'ÉON, de noblesse tonnerroise et célèbre agent du roi, qui contribua à faire connaître le Tonnerre et l'Epineuil dans toutes les cours d'Europe. Il s'en servait, dit-on, pour délier la langue de ses informateurs...

Plus près de nous, on trouve des informations sur ces vignobles, dans de nombreux écrits scientifiques comme les livres du docteur GUYOT, ceux de JULIEN, ou encore le grand dictionnaire de cuisine d'Alexandre DUMAS.


Tout ceci prospéra jusqu'à la crise du phylloxéra qui ravagea tout le vignoble avant 1900.
Il subsista tout de même une vigne, celle de l'Empereur à Bernouil, plantée en 1736, qui existe encore aujourd'hui.



ENAISSANCE DU VIGNOBLE
Depuis 1969, le vignoble d'Epineuil et, depuis 1989, celui de Tonnerre sont restaurés peu à peu par des viticulteurs passionnés par leur métier et leur région. Comme leurs prédecesseurs, ils prônent avant tout la qualité.
Sur la commune de Tonnerre, l'encépagement est composé essentiellement de Chardonnay. Les Bourgognes Blancs AOC, qui en sont issus, ont la vivacité et la richesse aromatique des plus grands vins issus de ce cépage.

Aux qualités de cru et de terroir s'ajoute désormais la touche personnelle de quelques 30 propriétaires.

C'est en faisant halte au plus profond des terroirs, chez le vigneron, qui vous ouvre sa porte, que vous palperez l'âme de la Bourgogne.



E MARSOIF, UN NOM PRÉDESTINÉ,
DU RÊVE À LA RÉALITÉ
...
C'est alors que le rêve d'une famille entière s'est réalisé et que l'aventure a commencé...

Quand, en 1989, sous l'impulsion du Maire de la ville, un vignoble de 60 ha environ s'est recréé autour de Tonnerre.
Passionnés de viticulture et conscients du potentiel du vignoble tonnerrois, la famille Masson s'est spécialisée dans la production de "Bourgogne Blanc". Elle consacre, depuis 1989, tous ses efforts à l'élaboration patiente et artisanale d'un produit unique, en faible volume, pour offrir un vin d'un incroyable rapport (qualité-prix).

Aujourd'hui, le vignoble en appellation de Tonnerre s'étend sur 850 ha, dont 100 ha ont été plantés: 100 en blanc et 80 en rouge.


Cabaretier
(gravure)



Chevalier d'Eon
(gravure)




Famille Masson
(photo)